Le lac de Grand-Lieu

" Lorsque Nantes disparaîtra Herbauges renaîtra "

Pêcheur sur le lac de Grand-DieuAu sud de Nantes (Loire-Atlantique), difficilement accessible, dissimulé derrière ses roseaux, le plus grand lac naturel de France(en hiver) ne dévoile ses charmes qu'à de rares privilégiés.

Ibis, lac de Grand-DieuLa géologie accorde au lac de Grand-Lieu plusieurs millions d'années d'existence ;

la mémoire des riverains s'accorde pourtant sur la tenace légende d'une cité enfouie. Sous ses eaux, Herbauges, une riche ville gauloise ferait encore résonner son carillon à qui veut bien l'entendre, vers minuit chaque 24 décembre…

Et : " Lorsque Nantes disparaîtra, Herbauges renaîtra. "

En 1923, on dénombrait encore cent vingt pêcheurs professionnels dans le petit village de Passay (seul lieu, accessible au public en bordure du lac).

Moins d'une dizaine, aujourd'hui, sur leurs plates poussées à la gaule ou motorisées, ils remontent dans leurs bosselles, filets, " louves ", une belle quantité d'anguilles, brochets,sandres (plus rares) et écrevisses.

Pêcheur et son filet

Le lac est un véritable trésor de la nature, son écosystème préservé mais néanmoins très fragile a de tout temps suscité des conflits entre agriculteurs, pêcheurs, riches propriétaires (Guerlain, puis l'État).

Aux intérêts divergents de ces derniers, se sont ajoutés plus récemment ceux des écologistes, chasseurs, promeneurs…

Au centre des 7500 ha classés, une réserve naturelle de 2500 ha accueille une faune et une flore exceptionnelle.

Peu de solutions s'offrent aux promeneurs pour découvrir cet endroit secret et authentique.

A Passay, un observatoire récent, doté d'un mirador permet de s'élever un peu au-dessus des roselières, au rez-de-chaussée quelques aquariums présentent la faune avicole.

Moins connus, au sud-ouest du lac, le clocher de Saint-Lumine-de-Coutais, ouvert au public, dégage une vue plus impressionnante sur la quasi totalité de la zone humide.

brochetChaque quinze août, une jolie " fête du lac " devient l'occasion inespérée pour beaucoup de Nantais de parcourir, sur quelques centaines de mètres, en barque, dans une ambiance festive, les premiers abords de l'eau libre.

Bien sûr, la solution royale serait d'accompagner un petit matin brumeux un des pêcheurs sur sa plate, ou un chasseur à travers l'inextricable labyrinthe de roseaux ;

ce sont les deux meilleures solutions.

A vous d'être persuasifs, les professionnels du lieux sont vraiment sympathiques mais un peu " sauvages " (ils sont très sollicités!)... des Bretons en somme.

Pimil -2000-11-26

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences