24 heures à Madrid (3/3)

Madrid typique et chic

étals de livresPour transformer votre masse à tapas en masse musculaire, une promenade dans la capitale espagnole s'impose.

En grande érudite (j'ai obtenu mon bac L avec mention s'il vous plaît), je me rends dans le quartier des bouquinistes, au somptueux paseo del Prado.

Sur toute la longueur de l'avenue s'étendent les étals de livres anciens ou d'occasion.

J'en profite pour acquérir quelques œuvres d'auteurs espagnols réputés et continue de flâner jusqu'au musée Thyssen, célèbre entre autre pour sa collection d'art contemporain.

Ses 775 tableaux, dont 447 antérieurs au XIXème, en font un incontournable. Afin de parfaire ma culture littéraire et gastronomique, je m'accorde une pause bien méritée au célèbre café littéraire de Madrid, le Gijon (21 paseo del Recoletos).

Il me faut de nouveau lutter contre la prolifération des capitons et je bifurque vers la puerta del Sol, un des secteurs les plus animés de Madrid. Petit détour par la plaza Mayor, un peu touristique mais magnifique.

Tout autour les boutiques et bars à tapas sont nombreux, et mon rythme de marche commence à se ralentir, la faute à ses maudits tapas et diaboliques magasins en embuscade à chaque mètre.

Brusquement je suis prise de sueurs, ma température corporelle augmente, ma vue se brouille, ma carte bleue me brûle les doigts… Par l'enfer, Lucifer et ses confrères, j'ai contracté la fièvre acheteuse!

 rebajas

Unique remède: amasser le plus grand nombre possible de vêtements déments qui m'iront comme un gant.

Je suis soudain entraînée par une puissance paranormale calle Augusto Figueroa où les vitrines affichent les enseignes irrésistibles de "rebajas 50-70 %".

La mode espagnole est dans le ton avec son style résolument vintage, une valeur sûre et indémodable.

Outre les friperies top moumoutes et petits créateurs talentueux, Mango et Zara, nettement moins chers qu'en France, me tendent les bras et moi ma carte de crédit.

Mais je frise la frénésie en découvrant un stock Zara au 36 Gran Via avec tous les articles défectueux (soyez vigilent : une couture décousue ça va, un trou à l'entrejambe ça craint du boudin). J

e repars avec pas moins de 3 jupes, un débardeur et un pull pour la somme record de 21,70 €. Pierre Bellemare et H&M ont du mouron à se faire. Avant de m'envoler pour Paris et pour une éradication totale de la maladie, je termine dans le quartier de Salamanque sur le kilomètre d'or.

Comprenez Gucci, Chanel ou Dolce&Gabanna, ainsi que des créateurs espagnols, tel que Victorio & Lucchino, dont on est fan au premier regard (duquel découle un premier achat).

Moralité, ne faîtes pas comme moi, apportez une valise vide à remplir à votre guise et demandez l'autorisation de découvert avant de partir (je vous écris actuellement de la prison de Fleury Mérogis, mais j'ai eu le droit de garder les fringues). Madrid, je suis venue, j'ai vu, tu m'as convaincue.

>>> Lire le début du reportage

 

 

Madrid

Madrid

Présentation 2

Tolede

Ville patrimoine de l'humanité

La Cathédrale de la Almudena

L’Escalade

Où faire de la varappe

La Feria de Libros de la Cuesta Montoya

Kiosques à livres

Le Musée Thyssen

Musée d'Art

Le Palacio Real de Madrid

Le palais royal

Les soldes à Madrid

Un week-end avec votre fille

Les bars tapas

Où aller à Madrid?

Le quartier gay

et ses chaudes soirées

Madrid typique et chic

Facettes de Madrid

Le musée de la Reine Sofia

A Guernica

Le Prado

Le musée du Prado à Madrid

Le rastro de Madrid

Gigantesque foire aux puces

Hymne et armoiries

A voir et écouter

Hôtels

Les meilleurs hôtels

Trains Elipsos

Trains-hôtels

Azurever.com © Manon du Breuil

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences