San Francisco, la ville aux 40 collines

marches et collines de San Francisco

Chacun se souvient de sa première colline gravie à San Francisco. La mienne, c'était Powell Street. De la place Union Square au centre-ville, elle vous tend les bras.

Alors j'ai entrepris l'escalade. A chaque bloc, j'ai repris mon souffle, compté les blocs restants... Elle qui paraissait si facile!

Mais au sommet, mes efforts ont été récompensés par la surprise d'une vue plongeante, d'un autre quartier, et d'une descente vertigineuse.

pentes de San Francisco

La belle californienne aime le relief. Ses rues n'en finissent pas de grimper. C'est le résultat concret des mouvements de la faille de San Andreas toute proche.

Avec ses 43 collines, les distances ne se mesurent pas en kilomètres parcourus, mais en courbatures dans les mollets.

"Stretch your legs !", rappellent les San Franciscains aux visiteurs essoufflés. Cette activité physique quotidienne leur donne le sourire.

marches en bois et jardin

Polk Street

Prenons Polk Street, l'une des descentes les plus dépaysantes. Au sommet, les jolies devantures des magasins chics de Pacific Heights.

En descendant quelques blocs, nous voici dans un quartier de classes moyennes, où les friperies rivalisent avec les marchands de pizzas.

Tout en bas de la colline, les façades s'assombrissent et les rues deviennent sales: nous sommes descendus dans le Tenderloin, avec ses mendiants et ses terrains vagues grillagés.

Les ambiances se succèdent avec un contraste extrême.Parfois, au détour d'une colline, on découvre des marches en bois traversant les jardins et plongeant droit vers l'océan.

On croirait se rendre à Barbary Lane, dans la maison qui a servi de modèle aux mythiques "Chroniques de San Francisco" d'Armistead Maupin.

 rue sinueuse à San Francisco

Lombard Street

Accrochée au flanc d'une colline du quartier de Russian Hill, voici "the crookedest street", la rue la plus tordue au monde!

Célèbre pour avoir accueilli dans ses virages des courses de voitures endiablées pour le cinéma.

A faire en voiture, plusieurs fois, comme un manège, mais avec prudence sous peine d'emboutir les maisons qui longent.

 collines de San Francisco

Les Twin Peaks

Au sud de la ville, les Twin Peaks font partie des plus belles et des plus hautes collines à grimper... du moins quand il fait beau, car ces collines jumelles semblent détenir le record du brouillard.

De là-haut, les gratte-ciel du CBD émergent comme un îlot et on surplombe le quartier gay du Castro, avec ses "rainbow flags" à perte de vue.

Un coup de pompe ? Attrapez un "cable car" pour remonter la pente ! Sur Powell ou California Street, les tramways s'accrochent et dévalent les collines.

Les quartiers de Nob Hill et Russian Hill ne furent d'ailleurs colonisés qu'après le développement des cable cars... A l'époque déjà peu de gens s'imaginaient remonter les pentes à pied les bras chargés d'emplettes!

Caroline Connan © Azurever.com

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences