Blois, visite intérieure du château

Charme royal, détente provinciale

A voir également : Visite privée du Château de Blois

finesse des pilliers de l'aile Louis XII (extérieur)

La visite de l’intérieur du château de Blois est absolument indispensable si vous êtes de passage dans la ville !

Bien que les appartements royaux blésiens ne soient pas aussi bien conservés que ceux de Cheverny, ne vous contentez pas de jeter un coup d’œil, prenez le temps de vous laisser pénétrer par cette chronologie riche en personnages et en intrigues qui défilent sous vos yeux à mesure que vous déambulez dans cette ribambelle de salles.

Le « château » de Blois (enfin, l’édifice qui se tenait à l’époque à l’emplacement du château contemporain) de Blois devint résidence royale – damnant le pion à Amboise sous Louis XII en 1498.

Depuis lors, la cour continue à itinérer ici ou là et a Blois pour port d’attache de manière relativement stable au cours des siècles, ce qui permit au château d’accumuler de beaux trésors décoratifs et architecturaux.

Cela dit, l’édifice faillit être détruit par Louis XVI, il fut ensuite transformé en caserne – jusqu’en 1845. C’est au magnifique travail de l’architecte Félix Duban, sous l’égide du ministère du patrimoine en la personne de Prosper Mérimée (que l’on connaît mieux en tant qu’écrivain) que l’on doit la restauration des salles intérieures (au 19è siècle).

aile Gaston d'Orléans

Pour information, sachez qu’aucun mobilier royal du XVIè siècle - et a fortiori antérieur - n’a été conservé, les pièces que vous verrez n’ont donc pas appartenu aux rois de l’époque.

De même, les papiers peints ne sont pas d’origine mais les motifs tendent à s’en rapprocher. Quant au sol, il a été dans chaque pièce refait dans un souci d’authenticité.

La visite de l’intérieur se fait soit de manière libre soit guidée. Il est bien entendu préférable d’opter pour la deuxième option.

Commencez par la visite de la splendide salle des Etats, qui faisait office de salle de justice sous les comtes de Blois, puis lieu de rassemblement des Etats généraux deux fois sous Henri III.

Les collections du musée lapidaire également exposées dans le château médiéval valent le détour pour les gargouilles principalement (mais en dehors de cela, rien d’exceptionnel).

Aile François premier, premier étage

C’est dans cette aile que se situent les appartements royaux qui ont vu défiler dans l’ordre François 1er, Catherine de Médicis, François II et Marie Stuart et enfin Gaston d’Orléans.

Ce qui attire le plus le regard, c’est la richesse des plafonds français (comme ceux que l’on peut voir à Cheverny qui varient d’une pièce à l’autre. Les cheminées sont loin d’être austères non plus…

Vous passerez tour à tour par la salle des capitaines des gardes, salle des gardes, la galerie de la reine avant de passer par l’oratoire pour terminer dans le cabinet de travail dit de la reine.

Ce dernier également surnommé « cabinet à poison » est le seul cabinet de travail qui soit d’origine (sauf le sol et le plafond), autrement dit une perle du patrimoine français.

Aile François premier, deuxième étage

Reprenez l’escalier en vis, et vous voilà salle du cabinet neuf, peu décoré, demeurant un témoin de l’état du château après l’étape « caserne ».

Encore heureux que les graffitis des militaires aient pu être effacés ! Les tableaux de la salle des Guise vous permettront de suivre l’assassinat du duc de Guise image par image avant de pénétrer dans la salle où le forfait aurait été commis (par 8 hommes aux ordres d’Henri III), la chambre du roi.

N’oubliez pas que du temps des rois, les lits ne servaient pas à dormir mais à recevoir ses invités enfin, surtout à les impressionner !

Informations pratiques

La visite guidée dure une heure. Comptez encore une heure pour la visite de l’extérieur, la chapelle, la vue sur la Loire etc. Un son et lumière est proposé le soir de début avril à fin septembre.

Hélène Bienvenu © Azurever.com

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences