Parenthèse enchantée à Guernesey, pimpante île anglo-normande

Au large des côtes françaises normandes, quelques bouts d’îles au climat privilégié ressemblent à des écrins de verdure suspendus entre ciel et mer, bercés par le souffle de la mer.

Si l’influence anglaise prédomine aujourd’hui, la toponymie locale leur confère un étonnant air de parenté avec la France.

Normal : l’île a appartenu durant plusieurs siècles au Duché de Normandie. Les vicissitudes de l’histoire les conduisent  dans le giron  britannique.
Leur devise : « La Reine,  notre Duc » !

Demeurées indépendantes, elles font partie intégrante du Commonwealth.

Très proches géographiquement les unes des autres, chaque île a cependant su développer  au fil d’une histoire riche et mouvementée, une identité propre dont elle cultive aujourd’hui encore toute sa singularité.

Guernesey est l’une d’elle

écrin de douceur et de qualité de vie, à l’abri des bruits qui courent.

Victor Hugo, hôte de l’ile pendant quinze ans, a su mieux que tout autre,   en clamer les atouts faits de  charme  et d’harmonie.
 « Je songe au merveilleux voyage Que ces îles proposent aux esprits curieux »...

Facilement accessible avec « Condor Ferries » à partir de la gare maritime de Saint Malo, elle offre évasion iodée et  dépaysement.

Une heure quarante cinq de  traversée,  confortable grâce aux stabilisateurs dont ces paquebots des mers sont dotés, minimisant  mal de mer ou  désagréables états nauséeux.

Ici,  les jardins  gorgés de fleurs, ont une âme romantique.

Là, les arbres majestueux  des parcs centenaires semblent vivre une retraite heureuse.

Véritable jardin réchauffé par la présence du  « Gulf Stream », le climat doux et  presque méditerranéen  permet  une végétation luxuriante.

On pourrait appeler Guernesey « l’île aux camélias » tellement ces fleurs ont apprivoisé l’espace. En prime, rhododendrons, clématites, azalées et lys,  symbole de l’île,  abondent  et donnent par leur exubérance,  des couleurs  chaudes au paysage.

« L’île est comme une grosse fleur, accourez vite !  » Susurre notre poète national.

L’ancestral Manoir de Sausmarez, son ravissant  parc subtropical, le Jardin de Candie  à la  botanique soignée,  en plein cœur de Saint Peter Port, la capitale, sont fréquentés et même courtisés par   Victor Hugo.

La statue du poète,  imposante et réfléchie,  jouxte celle de la Reine Victoria, sévère.

Deux « illustres » se côtoient pour l’éternité.

L’île est  un paradis de la randonnée.

Pourtant au premier abord,  des cohortes de voitures encombrent  ces étroits chemins qui enlacent l’île.  Et… circulation  déroutante à gauche  toute !

Mais très vite on trouve son allure de croisière ;  le calme et la quiétude du chemin des douaniers ceinturant l’île et de nombreuses « ruettes » tranquilles, et  sentes  maritimes parsemées d’anciens blockhaus, repères pour gambader.

Le temps semble alors se  mesurer en journées de chevaux de poste.

Des  panneaux en bord de chemin affichent parfois : « Premises sont terre à l’amende » ;  ils  signifient  simplement « défense de stationner sous peine d’amende » en vieux patois local, ineffaçable,  encore parlé par mille îliens.

Laissez-vous d’ailleurs conter des « histouaires »  en savoureux patois franco-normand mâtiné d’anglais, au Musée des Traditions Populaires. Elles  vous ramèneront quelques  siècles en arrière.

Une carte des randonnées balisées est proposée par l’Office du Tourisme  de Saint Peter Port.  L’on peut faire le tour de l’ile à pied,  elle est minuscule,  78 km carrés,   toujours divisée en dix « paroisses » selon le droit normand,  et abrite  environ 70 000 âmes.

L’exilé de Guernesey

Homme illustre, patriarche, chef de tribu,  Victor Hugo suscite toujours    ferveur populaire et admiration de fans  hugolâtres.

L’opposant au Second-Empire, l’écrivain de la liberté et de l’égalité incarne la survivance républicaine, vit en exil à Guernesey pendant quinze années. Il y   rédige « Les Misérables »,  œuvre d’un homme accompli.

Il nous ouvre les portes de sa maison,  « Hauteville House », son jardin arboré en cœur de ville Saint Peter Port.

Excentrique  demeure chargée d’objets insolites, chinés dans les Iles, imprégnée de l’état d’esprit « récup art » du propriétaire. Elle révèle ses fantomatiques obsessions, son souci de cheminer de l’ombre à la lumière, les facettes d’une personnalité riche et complexe.

Sa maison-temple  Place  des Vosges  à Paris,   est emblématique, mais Guernesey peut s’enorgueillir  d’abriter avec « Hauteville House » le seul refuge qu’il affectionne, qu’il chérit,  où il ses sent chez lui,  même en exil.

Elle se visite sur rendez-vous, par petits  groupes de personnes,  avec un guide  érudit sans dans le bon sens du terme. Il  sait  suggérer avec peu de mots  les émotions du poète et   entrouvrir les coulisses de son âme.

Guernesey Pratique

Où dormir à prix doux ?

De nombreux hôtels classés « 3  étoiles »  maillent le territoire.

Ce classement îlien correspondrait davantage à celui d’un « 2 étoiles + » dans l‘Hexagone.

« La Barbarie »  proche  de la capitale Saint Peter Port,  dans la paroisse de Saint Martin, est un hôtel simple, accueillant, apprécié des touristes.
Clin d’œil aux barbares,  corsaires qui officiaient autrefois dans ces contrées  maritimes. Leurs embuscades tendues aux navires, ont  enrichi l’île.

Confort des chambres, sans ostentation.

Restaurant  chic et  cuisine bistronomique.

Elégante salle de restauration et divins  breakfasts.

Piscine extérieure.

Où  se régaler et boire  « local » ?

Une suggestion au pèlerin-voyageur : manger « local » ! Tout est  délicieux !

Ici, pas de cuisine « techno », pas de gastronomie  moléculaire. La plupart des restaurants  revendique l’usage de produits naturels, voire sauvages, très peu transformés et dont l’approvisionnement affiche un principe locavore.

Foultitude de poissons et crustacés fraîchement cueillis,  produits laitiers d’excellence, dont un beurre jaune d’or typique, baratté à partir d’un lait issu d’une race de  vaches   guernesiaises  à la  gracieuse robe  couleur sable.

Les « guernsey toms »,  ancestrale culture de tomates  de l’île, n’est plus qu’un lointain souvenir  et c’est bien dommage.  Les  nombreuses serres qui les élevaient, abritaient, réchauffaient,  ont été détruites par les orages et tempêtes au fil du temps.  Elles n’ont pas été  remplacées.

Estaminets, pubs,  et petits restaurants proches du  bord de mer régalent de  produits frais. Il n’y a que l’embarras du choix.

Ne pas faire l’impasse sur le « Beanjar », délicieux  cassoulet de porc plutôt  inattendu ici.

Le cidre local pressé avec les pommes des vergers locaux,  la  « Patois », désaltérante bière, même si elle  n’est plus locale,  le Fludge, caramel fondant dans la bouche, petit plaisir régressif et  la fameuse brioche inséparable des « afternoon teas », sont  devenus des  rituels incontournables.

Liens et informations pratiques

www.visitguernsey.com

www.condorferries.fr

www.herm.com

La Barbarie Hôtel

www.labarbariehotel.com

Tel : 01 481 235217

The Auberge à Jerbourg

www.theauberge.gg

dine@theauberge.gg

Tel : 01 481 238485

 

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences