Fès al Bali : visite de l’une des plus grandes cités médiévales au monde

Atelier de confection de djellabah

Il règne dans le quartier de Fès al-Bali une grande activité et l’axe structurant de la médina, la tala’a kebira (grande montée) est toujours comble.

Vous y croiserez fontaines, boutiques et des mzara, des petits sanctuaires où le Moulay Idriss, saint patron de Fès, se serait reposé.

Prenez garde toutefois aux muletiers qui ne ralentiront pas si vous vous situez sur leur chemin, mais vous avertiront de leur présence d’un « Balek ! » signifiant attention. A vous de vous effacer en conséquence !

Les souks sont toujours spécialisés et localisés en fonction du caractère plus ou moins noble de leurs produits.

Le périmètre autour de la zaouia d’Idriss II, fils du fondateur de Fès qui prolongea l’œuvre de son père dans l’élaboration de la cité, est consacré aux produits liturgiques tels que les encens ou les cierges.

Par contre, le souk des tanneurs et celui des teinturiers sont relégués loin de ce lieu saint, le long de l’oued Boukhareb.

Medersa Bou Inania

La mosquée Qaraouiyines, fondée en 859 par Fatima el-Fihria de Kairouan est le centre d’enseignement de l’Islam le plus réputé après la Mosquée-université d’Al Azhar au Caire.

Elle est décrite par les musulmans comme une merveille de raffinement.

Malheureusement, j’ai dû me contenter d’observer ses nombreuses portes, l’accès aux mosquées étant interdit aux non musulmans depuis un décret du Général Lyautey, le principal représentant de la France à l’époque de l’instauration du protectorat sur le Maroc!

Fès al Bali

Quelle que soit votre confession, vous pourrez par contre pénétrer dans les medersas Bou Inania et al Attarine qui offrent un parfait exemple de la splendeur du style hispano-mauresque.

Autour de la cour centrale, les murs des salles d’enseignement sont décorés de bas en haut par des zelliges aux motifs géométriques compliqués, des dentelles de stuc, des calligraphies, et des panneaux de cèdre sculpté et peint.

Le complexe des menuisiers (nejjarine) avec sa magnifique fontaine, son souk où sont confectionnés les estrades utilisées pour les mariages et son caravansérail qui est devenu le musée des arts et métiers du bois (après avoir occupé la fonction de commissariat d’où s’opérait la traque des nationalistes sous le Protectorat !) mérite aussi votre attention.

Adelaïde Jannot © Azurever.com 

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences