Tanger, au pluriel

Terre multiculturelle

 La jeunesse tangéroise héritière d'un passé international

Etablie sur la Méditerranée, à l'embouchure du détroit de Gibraltar, à l'extrême ouest du Maroc et du continent africain, Tanger est une métropole aux mille racines.

Sa position géographique en a fait l'une des plus convoitées du monde. Les civilisations se sont disputées son contrôle depuis la nuit des temps.

Convoitée de tous

L'Eglise Saint-Andrew, qui rappelle la présence anglaise, est l'un des lieux les plus symboliquesLes Phéniciens, les Carthaginois et les Romains se succédèrent à Tingis durant l'Antiquité.

Vers l'an 700, la ville devint Tanja, une citadelle arabo-musulmane âprement défendue jusqu'à l'arrivée des Portugais, à la fin du XVe siècle.

Vinrent ensuite les Espagnols, de nouveau les Portugais, puis vingt-cinq ans d'occupation anglaise au XVIIe siècle, sous le règne de Charles II.

Tanger, telle qu'on la connaît aujourd'hui, a retrouvé sa souveraineté arabe en 1684, avec entre autres chefs de file le sultan Moulay Ismaïl.

Les convoitises étrangères perdurèrent cependant, avec le consentement du sultan Sidi Mohamed Ben Abdallah. C'est lui qui invitera les négociants et consuls européens à s'installer dans la ville blanche, pour y favoriser les échanges commerciaux. 

Accent international

Tanger, la plus internationale des villes marocaines

La convoitise mua lentement mais sûrement vers l’ingérence, et du début du XIXe jusqu'au milieu du siècle dernier, Tanger devint alors plus européenne que marocaine et conforta sa richesse culturelle et confessionnelle.

En 1923, le port fut placé sous "statut international", une enclave avec pour administrateurs des représentants de neuf puissances, dont la France, l'Espagne, le Royaume-Uni et la Hollande, ainsi qu’une minorité marocaine.

Trente années durant lesquelles Tanger s'assurera un rayonnement d'exception. La ville fut rattachée au Maroc en 1956.

Cinquante-deux ans plus tard, bien que sa population soit quatre fois plus importante (700 000 habitants), Tanger a conservé intacte son esprit d'ouverture et son hospitalité. Les rues et les lieux rappelant ce goût pour le pluralisme sont légion.

Et si l'arabe est roi, on aime toutes les langues. D'aucuns, outre leur langue maternelle, connaissent l'espagnol et l'anglais, d'autres le néerlandais et le français... Le partage d'expériences en est d'autant plus fort...

Louis-Cyril Tharaux © Azurever.com

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences