Société thaïe,

quelques indications préalables à destination des « Farangs » (et des autres) !

panier pour conserver le riz gluant

Sitôt arrivé(e) en Thaïlande, nul doute que vous vous sentirez accueilli-e et très libre de surcroit.

Les Thaïlandais sont vraiment tolérants de nature, ouverts au « Farang » (l'Occidental) - qui demeure un personnage important de leur imaginaire - imaginez-vous qu'on disait autrefois aux petits Thaïs que les Farangs mangeaient les enfants désobéissants !

Sachez que les Farangs sont tellement nombreux à visiter la Thaïlande et pour certains à y vivre, que si vous êtes effectivement de type occidental, on vous rangera rapidement dans la case Farang « ceci », Farang « cela ».

Ce peut être un peu embêtant, surtout si vous êtes de sexe masculin (et même accompagné !).

Eh oui, la Thaïlande est aussi une destination phare du tourisme sexuel...

Les Thaïs le savent bien (à tel point que de nombreux expatriés masculins en Thaïlande sont gênés par le regard que certains Thaïs portent sur eux, les croyants clients de ces demoiselles Thaïes...).

Un des moyens de vous différencier est d'apprendre un minimum la langue thaïe pour expliquer que vous n'êtes pas de ceux-là !

Culte de l'occidental et fierté d'une indépendance conservée au cours des siècles

Le takrau, le sport national thaï !

La société thaïlandaise, bien que très fière de n'avoir jamais été colonisée, se démarquant de tous ses voisins immédiats en Asie du Sud-est, a tout de même été fortement influencée par les sociétés occidentales.

Ces tendances sont loin d'avoir disparues puisqu'elles sont désormais portées par la mondialisation - et les médias planétaires qui l'accompagnent.

Le tout a contribué à ériger le/ la Farang en une sorte d'archétype de la beauté avec sa peau blanche, son long nez, sa grande taille (et en option :

ses yeux bleus et ses cheveux blonds bouclés) et accessoirement son porte-monnaie bien garni.

Un des must étant le « Luk Kreung » - le / la métisse Farang/thaï.

Les peaux foncées elles, sont plutôt dépréciées (d'où les chiffres d'affaires astronomiques des sociétés cosmétiques produisant des produits blanchissants à destination du public thaï !).

vendeur de durians à Bangkok

S'il vous arrive de vous aventurer hors des sentiers touristiques battus (ce que je vous recommande vivement de faire !), notamment en Isan, on criera « farang, farang » sur votre passage, on rameutera ses voisins et on vous dira que vous êtes beau ou belle !

Vous vous sentirez un peu une bête de foire, dites-vous que c'est normal et puis, avouez, ce n'est pas désagréable d'être au centre de l'attention pour une fois !

Marques de respect et culte du roi

temple bouddhiste, les Thaïs viennent y faire des offrandes, déposer des mérites

En Thaïlande, on vous pardonnera de ne pas saluer par le « waï », les mains sous le nez.

Il est tout de même de rigueur de respecter certains codes culturels. Il faut savoir que les Thaïs aiment et respectent leur roi, leur reine et l'ensemble de la famille royale.

Pour ce qui est des représentations de leurs portait ou insignes, on est presque dans le domaine du sacré : billets de banque, timbres, posters... le roi est là ! Prudence donc !

Pour coller un timbre, en aucun cas il ne faut le lécher alors même que le papier y incite.

C'est une grave offense que vous feriez là si la tête du roi y figure ! Donc humectez votre timbre avec une éponge (à disposition dans les bureaux de poste), pas avec votre langue !

Au cinéma, vous verrez subitement se lever l'ensemble de la salle. Non, ce n'est pas une alerte à la bombe !

Surtout, faîtes comme les gens autour de vous, levez-vous aussi et rendez hommage au roi dont vous verrez les images défiler sur l'écran systématiquement avant chaque séance.

Hélène Bienvenu © Azurever.com

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences