La Route Mandarine

La route MandarineA l'initiative de l'empereur Gia Long, la "route mandarine", baptisée par les Français au XIXe siècle , était autrefois empruntée par les mandarins et les hauts fonctionnaires pour voyager rapidement entre leurs provinces et la capitale.

Des marécages du delta du Mékong, à la frontière sino-viêtnamienne, véritable épine dorsale du Vietnam, cette route longue de 1700km se termine dans le région de Lang Son.

La "route mandarine" relie les plus grandes villes du pays et assure ainsi le lien indispensable entre Hanoi, Vinh, Hué, Danang, Natrang et Saigon.

La circulationGénéralement étroite et mal bitumée, la" route mandarine" est souvent encombrée à l'entrée des villes.

La circulation y est intense, de nombreux camions et autobus surchargés, peu de voitures mais de nombreuses charrettes, des vélos, des motos la sillonnent avec des chargements incroyables, tous imposants qui tiennent en équilibre, on ne sait comment.

Attention les véhicules sont rarement éclairés. Ici ce n'est pas celui qui tient sa droite mais le plus imposant qui a raison.

Après les récoltes c'est la route qui sert à faire sécher le riz, diminuant ainsi la place réservée à la circulation.

La circulation sur la route Mandarine

Pour ceux qui aiment connaître l'histoire du Viêt-Nam, et comprendre comment vivent les habitants de ce pays, il est indispensable d'effectuer un voyage sur cette route.

Bien moins confortable qu'en  avion ou en train, cette expérience doit être tentée.

Vous pouvez soit prendre un billet pour voyager en car, soit louer une voiture avec chauffeur ou une petite moto.

Vous découvrirez ainsi les vestiges d'une civilisation disparue; le royaume du Champa mais aussi les marques laissées par les différents conflits.

Un conseil,  prenez le temps de vivre au rythme de ces habitants.

Notre sélection expériences

Toutes nos expériences